Rechercher

"Le coeur en kite-trip : Roumanie" - "The heart on a kite-trip : Romania"

Dernière mise à jour : 31 mars

Pendant notre court séjour en Roumanie à la mi-mars, le projet a fait la connaissance de familles tout comme des épouses et enfants de nos amis kitesurfeurs qui ont quitté Odessa provisoirement, pour se réfugier en Roumanie.

During our short stay in Romania mid-March, the project met families as well as the wives and children of our kitesurfing friends who left Odessa temporarily to take refuge in Romania. 

L'itinéraire nous a amené à nous rendre dans plusieurs villes du sud-est. Rassurez-vous: nous n'avons pas fait tout celà à pied ! 10 jours de location de voiture nous ont coûté moins de 100 Euros !

The itinerary led us to several border towns in the South-East region. But be reassured: we did not do all this by foot! 10 days of car rental has cost us less than 100 Euros !



"Nous avons nos entreprises, nos maisons, nous voulons rentrer chez nous!"

We have our companies, our houses, we want to go back home!"

Nous avons pu faire des rencontres avec le coeur et apporter notre soutien par le don de couches pour les enfants et de protections hygiéniques féminines. Les produits non alimentaires ont été confiés notamment à la Croix-Rouge locale ainsi qu'à l'équipe du Splash Projects que nous ne connaissions pas jusque là, mais qui passait le même jour la frontière pour l'Ukraine.

We were able to meet people with our heart and bring our support by donating diapers for children and feminine hygiene protection. The non-food items were entrusted to the local Red Cross and to the Splash Projects team who we newly met that day, who were crossing the border to Ukraine.


Nous avons rencontré quelques familles, grâce à Andrea qui s’occupe d'une cinquantaine de personnes dont une quinzaine d’enfants.

We met a few families, thanks to Andrea who takes care of about fifty persons including fifteen children.


Nous discutons de choses et d’autres autour d’un café : « c’est surtout difficile pour les enfants, ils s’ennuient car il n’y a pas beaucoup d’activités et la météo n’est pas tellement bonne, il fait froid. Nous avons hâte que tout cela se termine et que l’on puisse rentrer chez nous. Heureusement, nous avons pu organiser certaines activités pour eux, afin qu'ils puissent socialiser dans leur langue avec d'autres enfants. Il y a une tendance à la régression, ils redeviennent parfois comme des bébés car ils ont besoin d'être rassurés, enveloppés ».


« On a quitté le premier jour des bombardements, j’ai la chance d’avoir mon mari avec moi et les garçons. Nos parents sont restés dans notre maison car nous n’allons pas quitter notre patrie. Nous avons des entreprises, nous avons des maisons. Nos parents sont restés, ils ont accepté de donner leur vie s’il le faut, nous ne partirons jamais : là-bas, c’est chez nous. Ce n’est pas normal que les populations en Russie ne se lèvent pas au sujet de ce qui se passe ». Une de ses amies qui n'a pas eu sa chance, seules avec ses enfants : « Les papas des enfants sont restés au pays pour combattre. Ma famille est arrivée en France à Saint Omer début mars, mais ici, nous voulons toutes rentrer en Ukraine".


We discuss this and that over a coffee: "It's especially difficult for the children, they're bored because there aren't a lot of activities and the weather isn't so good, it's cold. We can't wait for all of this to be over so we can go home. Fortunately, we were able to organize some activities for them, so that they could socialize in their language with other children. They have a tendency to regress, they sometimes become like babies again because they need to be reassured, enveloped”.

“We left the first day of the bombarding, I am lucky to have my husband as well as the boys with me. Our parents stayed in our house because we are not going to leave our homeland. We have businesses, we have homes. Our parents stayed, they agreed to give their lives if necessary, we will never leave: over there, it is at home. It is not normal that people in Russia do not rise up about what is happening.” One of her friends who didn't have the same chance, is alone with her children: “The fathers of the children stayed in the country to fight. My family arrived in France in Saint-Omer at the beginning of March, but we all want to return to Ukraine".





Nous ne pensions pas revenir aussi touchés et charmés de l'accueil que nous a fait les roumains et toutes les personnes d'Ukraine que nous avons rencontrées. La nature nous a emballée, on se souviendra de Sulina, le delta du Danube, les pélicans. Malgré le froid, nous nous sommes promis de revenir !

We didn't think we'd come back so touched and charmed by the welcome given to us by the Romanians and all the people from Ukraine that we met. Nature has conquered us, we will remember particularly Sulina, the Danube Delta, pelicans. Despite the cold, we promised ourselves to come back!




Gla gla gla Sulina était magnifique mais terriblement froid, ça se voit non ?

Grrrrrr....Sulina was beautiful but terribly cold, do you see it ?




Soutenez notre travail pour l'humain, pour la nature, pour le kite - contactez-nous !



150 vues